Au sud de la Guadeloupe, l’archipel des Saintes compte neuf îlets. Terre-de-Haut et Terre-de-Bas, les plus connus et les deux seuls habités auxquels s’ajoutent sept autres petites îles : l’îlet à Cabrit, les Roches Percées, le Grand Ilet, la Redonde, la Coche, le Pâté, les Augustins.

Fiers de leur île, les saintois font tout pour préserver au mieux cette dernière. Si les bateaux déversent leur flot de touristes tôt le matin, la majorité d’entre eux repart le soir, laissant respirer les îles qui retrouvent leur rythme calme. Une vie de village reprend alors avec une population traditionnelle fort attachante.

Les Saintois s’expriment en français et dans un créole un peu différent de celui de la Guadeloupe.

A Terre-de-Haut, vit une population d’origine bretonne, poitevine (provenance de Poitiers ou de Poitou) et normande, à la peau blanche et aux cheveux blonds. Ici, l’agriculture a peu fait appel à la main-d’oeuvre noire car la terre était trop sèche pour supporter la culture de la canne à sucre.

Plage de pain de sucre

Avec une eau pure et claire et des poissons coralliens fabuleux, cette plage est considérée comme la plus belle des Saintes. Avec masque et tuba, vous avez la possibilité de nager afin d’y voir les merveilles en faisant le tour du Pain de Sucre. Les poissons colorés y sont nombreux ! Si vous avez prévu d’y accéder à pied, prévoyez vos bonne chaussures car il faut au moins compter 45 minutes de marche, depuis le bourg.
Bon courage!

Fort Napoléon

Le Fort Napoléon est situé au sommet du morne Mire. La forteresse est assez bien restaurée, entourée de douves non remplies. Classé au titre des Monuments Historiques au XX° siècle, ce musée présente l’histoire des Saintes et la bataille de 1782 ayant opposé les Français aux Anglais. Pendant la Seconde Guerre mondiale et sous le régime de Vichy, le Fort a notamment servi de prison.

Plage de Pompierre

Dans une jolie baie presque fermée, cette plage correspond parfaitement à une exploration en mer (snorkeling). Avec son sable fin et ses palmiers, cette plage a davantage l’air d’un lac que d’un océan.

Le Chameau

Ce mont est le plus haut des mornes de l’île et nécessite plus d’une heure pour le grimper. Le Chameau assurait la protection des Saintes contre les Anglais de la Dominique. Pour la randonnée, il faut passer par la route du Pain de Sucre, puis par le chemin des Prés Cassin qui conduit au sommet du Chameau, où l’on peut voir une vue magnifique sur Terre-de-Haut et ses criques, les falaises de Terre-de-Bas, la Dominique, la Désirade, Marie-Galante et même la Soufrière par temps clair. Après le sommet, vous avez la possibilité de continuer cette randonnée par un sentier en forêt qui finit sur la route qui mène à la plage de Crawen.

Plage de Crawen

Cette superbe plage abritée à l’extrémité de l’île. C’est ici que tout les amoureux de la nature se donnent rendez-vous. La route d’accès, dépassant la baie, est très attrayante. Jetez-y un coup d’oeil !

Plage de Grande-Anse

Cette plage est belle mais aussi dangereuse… Ses diverses vagues déferlantes sont impressionnantes à voir (interdiction de baignade.) Cependant, par rapport à son étendue, cela fait d’elle le site préféré des promeneurs et des coureurs.

Îlet Cabrit

Après avoir abrité un fort (Joséphine), une prison militaire est construite au XIX° siècle. Quinze ans plus tard, il est dévasté par un cyclone. Il devient ensuite un lieu de quarantaine : un lazaret (établissement où sont isolées les personnes ou les marchandises contaminées ou susceptibles d’avoir été contaminées par une maladie épidémique) accueille les nouveaux immigrés venant d’Asie jusqu’en 1890, date à laquelle l’état-major français retire sa garnison (ensemble de troupes occupant une place, une forteresse afin de la défendre) des Saintes. Il est possible d’accéder aux vestiges de ces constructions grâce aux pêcheurs, qui acceptent de faire la navette. Aujourd’hui, les seuls habitants de l’îlet sont les iguanes et les cabris au beau milieu d’une végétation où les cactus abondent.

Fort Joséphine

Face au fort Napoléon, ce fort était étonnamment armé à l’époque; il représentait en quelque sorte, un rempart pour les Saintes. Construit en 1777 alors que l’îlet connaissait une activité importante, il est détruit par les Anglais en 1809. Il n’en reste que des ruines aujourd’hui.

Batterie de la Tête-Rouge

Terminée au XIX° siècle, elle protège désormais les installations du téléphone-radio de l’île.

Grand Îlet

Inhabité, il possède deux anses tranquilles fréquentées par les crabes, les oiseaux marins et les tortues qui viennent y pondre. C’est un paradis pour les plongeurs.

Terre de Bas

Poterie Fidelin

Cette ancienne poterie fondée en 1760 faisait partie d’une habitation ayant disparu avec la crise sucrière de 1815. Des vestiges sont encore présents sur le site, notamment l’atelier, des citernes et deux fours.

Point de vue du Château d’eau

Depuis le château d’eau, le panorama sur Terre-de-Haut est surtout à ne pas marquer! Il est sans voix!

Rédigé par Conseiller Immobilier Guadeloupe

Responsable de l'agence Immobilière VILLABEL IMMOBILIER en Guadeloupe

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.